Mantra 37

1898007_10203504467271749_1694849789_n

**English will follow**

La spiritualité est un concept qui fait couler beaucoup d’encre et de salive. Dans l’ère du temps? Je crois que oui. En tout cas vu l’intérêt que cela suscite cela semble clair. Il est où le temps où je tournais (à la FNAC – grand magasin de livres et audio), l’air de rien (et surtout pour ne pas être vu) autour des quelques livres de parapsychologie, shamanisme et autres (le tout début) parlant de développement personnel, dans une section de livres toute minuscule. C’était drôle, quasi tout le monde y venait…L’air de rien. De toute façon, nous avons tous un esprit et sommes donc tous des êtres spirituels quelle que soit notre intérêt en la matière. Quelque chose bouge dans notre humanité, nous appelle à bouger. Ma vie est toute colorée de ce mouvement de transformation. De l’ignorance et la souffrance dont nous nous sommes habitués jusqu’à quoi en fait?…Un peu plus de paix et de joie, ce serait ma conclusion (par chance je ne suis pas le seul à penser cela). Un chemin pour tout déposer. Aux pieds de Dieu. Avec la sensation de revenir d’un long très long et plutôt pesant voyage. Et aussi avec la perception de faire un choix. Celui de rentrer –enfin- chez moi…

– – –  Je rentre à la maison mon Père  – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

 

Spirituality is a concept which many people talk and write about. Trend of the times? I think so.  At least it seems so due to the large interest it is generating. Long gone is the time when I was nonchalantly wandering in the French FNAC (big shops of books and music), trying not to look interested on books about parapsychology, shamanism and also the first books about personal development. It is funny, this part of the shop was tiny, and nobody wanted to be seen in it.

However, we all have a spirit and so are spiritual beings regardless our interest in this matter. Something is moving inside our humanity. It is calling upon us. My life is fully tainted by this transformational movement. From ignorance and suffering -of which we get accustomed to what in fact?….A bit more peace and joy, this would be my conclusion (and luckily I am not the only one to think like that). A path to put down everything, At God’s feet. With the feeling of coming back from a long very long and onerous trip. And also with the perception to make a choice. That of coming back – at last- home.

 

– – – I am going home Father, I am coming back home  – – –  

Publicités

Hommage à mon tambour

20160905_175533

L’idée de cet article m’est venue lors d’un cercle de partage pour homme auquel j’assiste le plus régulièrement possible. Un des participants a rappelé que certaines études bien scientifiques avaient déjà été réalisées sur le tambour.

Aves des résultats très marquants : meilleure réponse au stress et modulation immunitaire rééquilibrant justement certains paramètres (production de lymphocytes, d’interféron-gamma et d’interleukine 6) que le stress et le vieillissement avaient déréglés(1). Ou encore un impact intéressant sur l’anxiété, la dépression ou le bien-être mental(2).

Ce qu’il fallait démontrer (comme dirait mon vieux prof de math). Jouer du tambour, en groupe ou tout seul avec l’univers, ça fait du bien!

 

Personnellement j’ai découvert cet objet tardivement, après 40 ans en fait bien que j’en eu envie bien avant.

La musique touche l’âme, et va de pair avec shamanisme et guérison. Autant de domaines qui m’attiraient. La rencontre devait donc être prévue en coulisses! Un type de rencontre au goût de déjà vu d’ailleurs.

Le tambour amérindien a quelque chose de magique. C’est peut-être pour cela qu’il est un outil de voyage shamanique. Très souvent le «beat» est celui du cœur humain. Et c’est cela aussi que le tambour symbolise, notre cœur. Retrouver notre connexion à notre cœur –notre connexion avec le grand tout, le divin, le sacré, voilà le cadeau du «drum».

Je l’ai découvert timidement, avec mon mental dans le rôle du surveillant. Mais il me faisait du bien. Sans que je puisse expliquer pourquoi. La méditation traditionnelle n’était pas mon fort, le flot de pensées chaotiques était trop incessant.

Et puis un soir, dans un passage de vie, dans un de ces moments où l’on ose sauter dans le vide que le vie nous propose, un de ces soirs où l’on peut se sentir très seul, le tambour devient plus qu’un outil. Il prend vie, et peut nous emmener avec lui. La première fois que j’ai vraiment vécu cela reste gravée en moi. J’ai rencontré la baleine, qui m’a apaisé. Et je me suis mis à chanter, des sons, des mots amérindiens qui montaient du fond de mon être. Pansement sur mon cœur et en mon âme.

Merci à toi ô mon tambour qui restera pour toujours un compagnon privilégié pour des moments toujours particuliers.

Bertrand Huchot ND

 

(1) http://daniellevitin.com/levitinlab/articles/2013-TICS_1180.pdf  – p187

(2) http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0151136

Mantra 36

19c634a509718dgfghfh569d7629b2cfc187fd

** English will follow **

Je réalise qu’avec ce mantra je termine un cycle de 3 années à un mantra pas mois. Je suis surpris, je ne savais pas où cela m’emmènerait. Je l’ai fait en suivant une pulsion intérieure. La même qui m’incite à «cheminer». Oser s’exprimer, oser se montrer, se révéler à soi-même ainsi qu’aux autres. Le défi de vie qui m’attendait. Et si je me suis senti (me sent encore de temps en temps) si souvent seul, mon mental sait pertinemment que je suis loin d’être le seul dans le cas là! Ce qui me m’a maintenu dans cette solitude, cette séparation, n’est pas autre chose que mon incapacité à voir la beauté qui m’entourait. Comme mon incapacité à voir ma propre beauté. Bien sûr pas la beauté physique. Celle de mon Être, comme celle de tous les Êtres. Paradoxalement tout le travail accompli m’a amené à percevoir de plus en plus cette beauté. Mais pas avant de constater à quel point ma propension à voir mon ombre, ma blessure, était forte…Et lourde à porter. Alors ce mantra résonne de quelque chose de bien particulier pour ma petite personne: l’aperçu du bout du chemin.

 

– – – Je suis tellement beau, Je suis si beau – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

I realize with this mantra that I am getting at my 3rd year of publication. I am surprised, I didn’t know where all this was going to. I did it following an inner feeling. The same one that has kept me on my path. To dare express myself, show and discover myself. The challenge life had in store for me. And if I often felt (still feel from time to time) so lonely, my mind perfectly knows I am far from being the only one! What has kept me in this solitude, this separation, is nothing else than my difficulty to see the beauty that surrounds me. As my difficulty to see my own beauty. Of course not a physical beauty, but the beauty of my Being, as the beauty of all Beings.

However all the work done brings me to perceive more and more this beauty. But this did not happen without noticing how I was compulsively used to see my shadow, my inner wound…Heavy load on my shoulders. So this particular mantra has something special for me: a preview of what is waiting for us at the end of this path.

 

– – – I am  beautiful, I am so beautiful – – –