Mantra 53

IMG_2301

**English will follow

Ai-je peur de mourir? Oui celle-ci est inscrite au plus profond de moi. Peut-être la peur que l’on ne peut vraiment sentir qu’à l’approche de la mort, et qu’on ne peut laisser aller qu’à ce moment là.

Qui suis-je? La question clef semble-t-il sur le chemin de transformation. Et bien que ma tête toute tournée vers la voie spirituelle pense connaître la réponse, la vie, par ses challenges, effets miroirs et autres tests me ramène sans cesse à ma propre limitation et ma difficulté à lâcher prise.

Qui suis-je? Un prénom et un nom? Des souvenirs? Aussi beaux ou aussi souffrant soient-ils? Peut-on imaginer les laisser aller et devenir spirituellement Libre? Oui. Et j’en ai autant peur que de mourir.

Peur de perdre toutes les références auxquelles je m’accroche depuis toujours et dont la vie m’invite à me dissocier. Sans les rejetter mais me montrant que je suis autre chose de plus profond et grand tout à la fois, comme l’image d’un soleil qui se lève sur un paysage que l’on redécouvre ou comme celle d’une goutte d’eau se jettant dans a mer. Un jour, si Dieu le veut, je serai cette goutte. Pour le moment, je m’évertue à suivre le courant du ruisseau qui me ramène à Elle.

– – – Permettez moi de mourrir à ce que je crois encore être,

                                                             et de naître à la Vérité de ce que Je Suis – – –

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

Do I fear death? Yes it is written deep inside of me. Maybe the kind of fear that one can only feel while approaching death and can only let go at this precise moment.

Who Am I? The key question on the path of transformation. And although my head, fully turned to the spiritual, thinks it knows the answer, life with its challenges, mirrors and tests inevitably brings me to my difficulty to let go.

Who Am I? A first name and a name ? Memories? As beautiful or suffering could they be? Can we imagine letting go of them and becoming spiritually free? Yes. And I fear this as much as death.

Fear to loose all the references to which I have always clung and whose life invites me to dissociate myself. Without rejecting them but showing me I am something else deeper and bigger altogether, like the image of a rising sun on a landscape we rediscover or like the drop of water merging with the sea. One day, if God wants it, I will be this drop. For now I try to follow the current of the stream that brings me back to Her

– – – .Let me die to what I still believe to be,

                                             and  be born to the Truth of what I am – – –

Publicités

Victime de contagion? À quel point?

contagion

Un regard sur un sujet que j’avais envie d’exprimer depuis un certains temps maintenant. Je n’ouvrirai pas la dossier sensible du «vaccin ou anti-vaccin», mais des éléments avancés ici pourront guider certains à faire leur propre choix.

J’aimerai simplement porter la réflexion un peu plus loin, et je me contenterai de parler de la contagion virale vis à vis du rhume ou de la grippe.

Combien de fois ai-je entendu «je ne te fais pas la bise/je ne te serre pas la main j’ai le rhume/la grippe».

Très franchement, je répond souvent de façon humoristique et un peu provocatrice :«je ne crois pas à la contagion», tout en embrassant la personne.

Pourquoi dis-je cela? J’ai toujours été fasciné par les récits de la capacité de certaines personnes à soigner les malades sans tomber malades elles-mêmes. Bien sûr, certaines des ces personnes étaient des sains, mais réfléchissons plus avant avec un cas plus banal.

Parfois toute une famille est infectée, sauf une personne. Pourquoi?

Posons l’équation suivante : facteur initiateur + facteurs promoteurs + facteur déclencheur = maladie.

Ici le déclencheur est la présence du virus.

L’immunité est quelque chose de complexe. Elle met en œuvre de nombreux systèmes de notre organisme : cellules spécialisées, anticorps, systèmes biochimiques, glande thyroïde, foie, digestion, flore intestinale… La santé étant quelque chose de globale de toute façon, tous les systèmes et organes étant interdépendants, il n’est pas possible de se concentrer sur un seul de ceux-ci. Cela se traduit de la façon suivante :

– notre organisme a besoin d’être nourri de tous les nutriments dont il a besoin (vitamines, minéraux etc.) donc avec des aliments adaptés.

– il doit être capable de digérer et d’assimiler correctement.

– il a besoin d’être habillé et protégé comme le bon sens le demande. Encore que la aussi il semble que certaines surprises soit possible comme cet homme (Wim Hof) qui gravit des montagnes enneigées en short, mais passons là-dessus.

– il a besoin d’activité et de repos adéquats.

On pourra toujours conclure qu’il manquait quelque chose a cet organisme et que la personne a pris froid. Et bien sûr, c’est vrai, car alimentation et environnent sont des facteurs promoteurs.

Notons quand même par ailleurs, qu’un terrain affaibli, des jeunes enfants ou des gens âgés seront toujours les proies les plus faciles pour un virus et demanderont toujours une attention particulière.

Et finalement je voulais en venir au dernier des facteurs, le facteur initiateur. De toutes les personnes, clients que j’ai pu rencontrer, j’ai toujours observé, comme sur moi-même, que le paramètre «fatigue/déprime/coup de blues/perte de joie/déséquilibre/quelque chose qui dérange/«titille» /etc… était toujours présent, même si parfois plus ou moins consciemment. Immanquablement. Là est la cause la plus essentielle.

Un virus peut-être dans l’air, tous ne «l’attrapent pas», pourtant il est bel et bien là.

D’un point de vue énergétique, le virus va toujours avec la présence d’un égrégore («construction» énergétique faite d’accumulation de pensées du même type – ce n’est pas le cas pour la bactérie). Autrement dit, nos pensées, «feelings» vont attirer à nous cet égrégore et vont ouvrir la porte à ce virus. Cette porte énergétique se situe d’ailleurs sur le haut de notre colonne vertébrale, à des endroits différents selon le type et l’ancienneté de ce virus. Si nous sommes dans nos pensées, nous sommes moins présents à nous-mêmes, nous nous habitons moins, voir pas du tout.

De là la réalisation que notre état d’être conditionne directement notre santé. Et la réalisation qu’il suffit de changer cet état intérieur pour inverser la tendance. Même si cela est facilement dit, il faut pouvoir le faire. C’est un tout un travail sur soi qui concerne nos pensées, nos émotions. C’est un travail d’auto-responsabilisation.

On n’y arrive pas forcément du premier coup. Être conscient de cet aspect n’évite pas toujours non plus de tomber malade car cela fait aussi partie d’un processus nécessaire en soi pour la transformation de notre être. Parfois quand le corps est fatigué il a besoin que l’on s’arrête, et comme il est généralement peu écouté, il peut se servir de la maladie pour arriver à ses fins.

C’est un véritable travail de maîtrise afin d’instaurer plus de paix et de joie en soi, d’être moins affecté par l’extérieur, par les autres. Un chemin de vie en somme. Sur lequel nous nous sommes invités en nous incarnant. Notre organisme a beaucoup plus de potentiel que nous le réalisons vraiment.

Je garde toujours en tête l’image des moines tibétains, souvent vu un bras toujours à nu. Tout là-haut dans leur montagne lointaine,semblant être moins affecté par l’environnement que le commun des mortels. Et si nous prenions un peu plus conscience de ce qui se déroule dans notre monde intérieur?

Bertrand Huchot, Thérapeute

Mantra 52

_20171230_214033

**Englsih will follow

Ce mantra m’a été inspiré par une prière qui m’a rejoint et touché au bon moment.

C’est un appel à notre Mère qui nous gouverne et elle touche du doigt un aspect essentiel de la vie. Ce que nous sommes influe toute la vie autour de nous. C’est une grande responsabilité que d’apprendre à maîtriser ce qui vient de nous et va vers les autres. Ce n’est pas toujours simple. C’est souvent un défi. C’est parfois terriblement difficile. Apprendre à être pour apprendre à s’en remettre. Ou vice et versa. Choisir l’un pour vivre l’autre. Et c’est crucial. Car c’est notre besoin naturel le plus essentiel que de se relier à qui nous a crée.

 

– – – Bénissez moi ma Mère, 

                                 Bénissez le monde à travers moi

                                                                                Que je puisse Servir – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

This mantra was inspired by a prayer that touched me at the right time.

It is a calling for our Mother that governs us and it points towards an essential aspect of life. What we are influences life all around us. It is a big responsability to learn to master what comes from us and reaches to others. It is not always simple. It is often a challenge. It is sometimes extremely difficult. Learning to be to learn to surrender. Or vice e versa. To choose one to live the other. And this is crucial. Because it is our natural need the more essential to link to what has created us.

– – – Bless me my Mother,

                                   Bless the world through me

                                                                          That I may Serve – – –

Mantra 51

verger-oranger-full-8241006

***English will follow

Voilà un concept dont je ne finis pas d’explorer la profondeur. Demande! Une invitation, presqu’un ordre, en tout cas une condition sine qua non. Demande ce que tu veux vraiment, demande ce dont tu as besoin pour être bien et continuer ce merveilleux chemin. En plus, quand cela part de notre coeur, il n’y a aucune possibilité de ne pas être comblé.

Et pour qui a eu toujours du mal avec le recevoir, je dois avouer que se voir demander est déjà l’assurance d’une bonne partie du chemin de faite. Non, ce qu’on appelle l’ego n’est pas franchement spontané dans l’expression d’une telle demande. Et pourtant, cela est tellement efficace justement pour assouplir cette partie réactive de soi. Quoi qu’il en soit…Il y a au moins une chose qui m’est toujours utile…

– – – Je vous demande de la Douceur mon Père.

Que je me souvienne qu’elle vit en moi – – –

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

Here is an idea that I seemingly can’t stop keeping exploring. Ask! An invitation, almost an order, and always a sine qua non condition . Ask for what you really want, for what you need to be well and go on this marvellous path. And more, when this comes from our heart, there is no possibility not te be answered. And for somebody not too at ease with the «receiving» part, I have to admit that to see oneself asking is the guaranty for a big part of the success. No, what we call ego is really not spontaneous in asking. However, this is exactly what is needed to soften this reactive part of us.

Anyway…There is at least one thing that is alsways useful for me…

– – – I ask for Sweetness my Father.

So that I remember it is living in me – – –

Mantra 50 bis

**English will follow

484027_10150898119954117_896774564_n

Parce que tout part de Nous

 

— Mon Dieu, où êtes-vous?

Montrez-le moi!

Je me Souviens

 

La réponse au jugement est la Douceur

Pour mon Anniversaire, je m’offre la Joie   — 

 

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

Because everything starts from Ourselves

 

—  My God, where are you?

Show it to me!

I remember

The answer to judgment is Sweetness

 

For my birthday I offer myself Joy    —


 

 

Mantra 50

10347800_10152041132761879_4252324750791082810_n

** English will follow

Parfois la vie nous propose l’inattendu. Ou le très attendu, même inconsciemment. Comme une douce évidence. Comme un parfum qui nous enveloppe. Le vent emportant toutes les révoltes actives comme passives, conscientes comme celles -le plus souvent- inconscientes. Et il ne reste que le sommet d’une montagne, là, juste devant soi. Encore loin. Mais si proche. Le murmure du vent comme une promesse de l’Aliment tant espéré. Cela vient. Et est déjà là. A toujours été là, malgré le doute, la peur, l’envie, le besoin et le refus. Instant de présence. Instant de repos. Instant d’abandon.

– – – J’ai déjà fait le choix de Vous retrouver – – –

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

Sometimes life proposes the unexpected. Or the very expected, even unconsciously. Like a sweet evidence. Like an enveloping fragrance. The wind carrying over all revolts, actives ones like passives ones, the conscious ones and the -more common- unconscious ones. And what’s left is the top of a mountain. There, just in front of us. Still far but so near. The wind whispering like a promise of the so much hoped Food. It is coming. And is already here. Has always been here despite the doubt, the fear, the desire, the need and the refusal. Moment of presence. Moment of rest. Moment of surrender.

– – – I have already made the choice to find You – – –

Mantra 49

Prem Baba

**English will follow

 

– – – Éveillez l’Amour en moi, mon Père – – –

Il est des gens sur notre route qui nous inspirent, nous aident à nous lever, à continuer le chemin, à voir plus loin aussi. À percevoir où nous voulons vraiment aller. À comprendre un peu plus. À nous en remettre à plus grand que nous aussi.

Quelques mots formant un mantra directement inspiré par un tel guide. Me rappelant aussi combien il est nécessaire de frapper à Sa porte, sans relâche ni découragement. Pour Espérer, un jour, après avoir fait ce pas vers Lui, que Sa porte s’ouvre. Je demande. Depuis longtemps maintenant me semble-t-il. Demandez a dit un Maître. Loi de l’intention, Loi tout simplement. Tout part de nous. Et nous revient. Gratitude.

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

– – – Awake the Love in me , my Father – – –

Thera are some people on our path who inspire us, help us to get up, to go on, to see much farther. An to perceive where we really want to go. To understand a bit more. To surrender to bigger than us too.

A few words for a mantra straightly inspired by such a guide which make me remember how neccessary knocking on His door is, without respite nor discouragement, to Hope that one day His door opens. I ask. It seems to me that I have already done so for a long time. Ask a Master said. Law of intention, simply Law. Everyting comes from us and get back to us. Gratitude.