Mantra 42

IMG_0815.JPG

**English will follow**

Quelques fois tout se joue à peu de chose. Un petit évènement, un petit geste, une petite pensée. Pour de grosses conséquences. Et ce aussi bien dans la vie de tous les jours comme dans la vie intérieure. Même dans des moments durant lesquels tout semble déraper, quand un vieux scénario semble devoir se répéter inexorablement, tout à coup je me surprends à avoir une pensée positive, la pulsion d’agir en ouvrant une porte plutôt qu’en la fermant, en étant témoin de moi-même, d’une partie de moi qui sait comment faire, ou plutôt comment être. Et qui se laisse traverser par un petit rayon de lumière. Celui qui justement va permettre de tout faire basculer. Celui sans qui un sentiment d’amertume- qui a si souvent pris le contrôle de mon être- voire une vieille colère aurait pu reprendre le dessus. J’aime constater que cet influx de positivité a l’air d’émaner de moi-même comme de venir de partout à la fois et qu’il a toujours tout à voir avec la gratitude. La gratitude de me sentir soutenu, sans pourvoir l’expliquer rationnellement -et c’est tant mieux tant cela fait bien…

Merci pour cette guidance qui a changé ma vie et continue de le faire.

 

– – – Merci pour l’inspiration mon Dieu – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

Sometimes all depends on so little. A little event, a little action, a little thought, for a big consequence, in the everyday life as in my inner life. Even in times when all seems to fall apart, when an old pattern seems to inexorably repeat itself. All of a sudden, I surprise myself with a positive thought and the drive to act positively, like opening rather than closing a door and becoming witness of myself, of a part of me that knows what to do or lets say rather how to be. And that lets itself be pierced by a little ray of light, the ray which is precisely going to tip everything. The one that doesn’t hold a trace of an old feeling of bitterness (which so often took control of my life) or this old anger could have been victorious again.And I notice that this positive current seems altogether to emanate from me as to come from every direction and that it is connected to gratitude. The gratitude of feeling supported, without being able to rationally explain it – which is better considering how much good it does to me…

Thank you for this guidance which has changed my life and continues to do so.

– – – Thank you for the inspiration my God – – –

Publicités

Tout faux la monodiète? Droit de réponse ici!

 

20141005_120504

Je profite d’un article paru dans la presse française(1), et somme toute peu favorable, pour faire quelques commentaires qui donneront une vue un peu plus complète à l’intérêt de la monodiète.

Le monde médical et scientifique est globalement toujours si réticent voir sceptique devant les jeûnes et autres types de cures qu’il est pertinent d’apporter un autre éclairage.

 

Un journaliste a recueilli tour à tour les avis de médecins nutritionnistes, un plutôt pour (medecin A), l’autre clairement opposé (medecin B). Alors voici quelques ajouts naturopathiques.

 

1) Médecin Nutritioniste A : «Pendant cette diète, l’organisme n’assimile pas plusieurs types d’enzymes, ce qui repose l’estomac et les intestins».

Point de vue naturopathique : c’est généralement beaucoup plus que des enzymes qui ne sont pas assimilés (acides aminés, acides gras etc…Dépendamment de l’aliment choisi). Et oui, estomac, intestin mais aussi pancréas –et le foie par voie de conséquence sont mis au repos. L’intérêt de la monodiète résulte aussi du fait qu’au-delà de la mise au repos des organes, l’organisme s’économise», en terme de dépense énergétique, et a maintenant la capacité de rediriger son action vers les fonctions d’élimination et de drainage. Ce qui nous intéresse tout particulièrement en naturopathie. L’organisme en tirera un regain de force vitale. L’effet «détoxifiant» est lui facilement constaté chez tous ceux qui ont osé l’expérience : légers maux de têtes, réactions cutanées etc…Comme autant de signes de mouvement de déchets. Qui existent bel et bien.

 

2) Médecin nutritioniste B : «C’est aberrant de dire que notre système digestif a besoin de repos, le pancréas, qui est l’organe le plus impliqué dans la digestion, n’est utilisé qu’à 10% de sa capacité. Effectivement, le tube digestif n’a pas besoin d’être nourri tout le temps, mais de là à être mis au repos, il ne faut pas exagérer. Ce sont des théories inventées pour vendre des livres».

Point de vue naturopathique : un regard lucide et objectif permettra de constater au contraire une surcharge des organes de digestion chez de nombreuses personnes avec des dérangements physiologiques et des symptômes évidents : constipation, irritations voire inflammations de plus en plus répandues (colon irritable, maladie de Crohn, colite ulcéreuse…), gaz intestinaux. Les très nombreux témoignages maintenant disponibles devraient avoir un peu de poids vis à vis d’une certaine science limitative voire fermée à la possibilité d’autres horizons. Je dis «certaine» science car je désigne par-là plus la science grand public voire populiste que celle de haut niveau tout à fait nécessaire dans la croissance de nos civilisations.

Pourquoi 150 ans de recherches scientifiques pas toujours fiables à 100% devraient prendre le pas sur l’histoire des civilisations et tous les exemples de jeûnes et autres cures (jamais ni inventés ni pratiqués pour vendre des livres…)? Et pourquoi aucune recherche n’a jamais cherché à valider quoi que ce soit en terme de jeûne? Peut-être que la réponse est en lien avec l’obtention de budgets (l’argent ce nerf de la guerre..), ouvrant ainsi la porte à des choix purement commerciaux.

 

3) Médecin Nutritioniste B: «Comme si l’alimentation nous empoisonnait». Le médecin le rappelle : «une bonne nutrition c’est au moins quinze aliments par jour. La mono-diète s’oppose à cette idée et s’éloigne de toutes les préconisations scientifiques.»

Point de vue naturopathique : Aliments poisons? Nous pourrions en parler longtemps. Des milliers de substances chimiques se retrouvent tant dans l’environnement (pesticides, résidus de médicaments) -donc dans les légumes conventionnels que dans tous les aliments préparés industriels (conservateurs, agents texturants, colorants etc…). Absolument aucune étude n’a jamais été faite concernant ne serait-ce que 2 de ces composés ensemble ingérés par l’homme. Que dire de dizaines voire centaines molécules et plus dans la même journée, sur des décennies? Le monde scientifique comme médical a déjà commencé à tirer la sonnette d’alarme. Alors prétendre que tout est inoffensif se positionne très très loin du simple et sage principe de précaution.

Comme dit plus haut, notre jeune science doit-elle prévaloir sur toute l’expérience humaine?

 

4) Médecin Nutritioniste B : «Comme dans tout faux, il y a un peu de vrai. Vous pouvez effectivement diminuer une inflammation de l’intestin car le microbiote intestinal est très influencé par l’alimentation. On peut donc se sentir allégé pendant cette diète, mais si on reprend ses mauvaises habitudes ensuite, cela n’aura servi à rien»

Point de vue naturopathique : pourquoi cette fermeture à priori? Sans échange, sans chercher à rencontrer ce que l’on ne connait pas? Heureusement tous les médecins ne partagent pas cet avis. Pour ce qui est des habitudes, effectivement c’est là que tout se joue. Et c’est le rôle fondamental de tout naturopathe justement. Un programme de détoxification doit être compris dans un protocole de santé globale pour être pleinement sain et efficace.

 

5) Médecin Nutritioniste A : «Lors d’une mono-diète fruits, notre corps reçoit exclusivement des sels minéraux, des polyphénols, des antioxydants qui nourrissent le corps et des prébiotiques, nutriments essentiels à la flore intestinale et qui permettent de la rééquilibrer. Mais il ne faut pas non plus s’attendre à un miracle en 24 heures.»

Point de vue naturopathique : bien sûr. Nettoyer un organe, rééquilibrer l’organisme comme retrouver la santé ne se fait pas par une seule action ou une cure. Ici encore il faut est mettre en avant une démarche globale, holistique prônant un changement et donc une évolution progressive.

 

6) Médecin Nutritioniste A : «ingérer du fructose en grande quantité permet de fabriquer de la sérotonine, l’hormone du bonheur, les personnes déprimées ou stressées peuvent ainsi sentir des bienfaits assez rapidement».

Point de vue naturopathique : peut-être que cela est sauter un peu vite à la conclusion. Ce n’est pas vérifier chez le rat (voir livre de G. Debry, Sucres et Santé, Ed. John Libbey Eurotext, 1996, p365 – le fructose augmente le cortisol, hormone d’adaptation au stress, et ensuite la dopamine, neurotransmetteur de coordination des mouvements et clarté mentale) et le fructose, au même titre que les autres sucres raffinés sont clairement déconseillés chez des personnes dépressives (passeportsanté.net). De plus même si le fructose, et certainement le sucre en général, est «réconfortant», l’organisme a aussi besoin d’acides aminés pour synthétiser des neurotransmetteurs.

 

7) Médecin Nutritioniste B : «Les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie tout comme celles sous traitements médicamenteux ne doivent pas pratiquer la cure».

Point de vue naturopathique : toute personne devait consulter avant de suivre un programme de détoxification ou une cure, particulièrement en cas de conditions de santé particulières. Et toute cure étant demandante pour l’organisme , une cure de reminéralisation devrait être suivi avant le nettoyage afin de affecter l’équilibre présent. «Premièrement ne pas nuire» Hippocrate….«père de la médecine»… À l’époque où la médecine avait une approche naturopathique.

 

(1) http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/le-vrai-du-faux-de-la-monodiete-300117-129445 – le  février 2017

 

 

Mise en garde

Les informations contenues sur ces site/infolettre/capsules vidéo sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés, ni faire office de diagnostique. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces site/infolettres/capsules vidéo, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter un professionnel de la santé.

Mantra 41

notre-dame-vierge-marie

Une prière. Encore un appel à cette force Supérieure qui me dépasse. Non pas que je me rabaisse en  cherchant une icône à l’extérieur de moi. Bien au contraire. Je me surprends de cette partie de mon être qui tend ainsi vers Dieu. Vers sa Vérité, vers sa Paix, vers sa Lumière. Vers sa partie féminine, maternelle, celle que je sais tout au fond de moi qu’elle est la seule à pouvoir recevoir de très vieilles larmes contenues dans des mémoires si profondément enterrées. La seule peut-être à pouvoir me prendre dans ses bras comme son enfant. Et je perçois paradoxalement combien je m’en suis éloigné, défié même. Retrouver le chemin de ce jardin intérieur, retrouver qui j’ai oublié Être. Bien au-delà de la petite personne qui interagit socialement quotidiennement. Retrouver ma Filiation. Et ma Valeur.

– – – Priez pour moi Marie, Que je trouve mon chemin vers vous – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

A prayer. Another call to this superior force that is beyond me. Not that I am lowering myself while looking for an icon to adore outside of my being. Far from it. I  am surprised by this part of me which strives to reach God. His Truth, His Peace, His Light. And his feminine, maternal part, which I know deep inside me is the only one able to receive very old tears from deeply buried memories. Perhaps the only one  able to take me in her arms like her son. And I paradoxically see how far I strayed from it, how much I even defied her. To find my way back to this internal garden, to find again who I forgot to Be. Far from the little person who socially interacts in his day to day life. To find again my filiation. And my Worth.

– – – Pray for me Mary, so  that I find my way to You – – –

 

La Nouvelle Année façon Détox Santé Globale …et/ou simplement un Nouvel Instant de Vie

unnamed-2

Après la fin d’une année bien remplie pour à peu près tout le monde, la transition de la nouvelle année arrive parfois avec un peu de fatigue mais aussi un souffle nouveau qu’il ne tient qu’à nous de sentir et de suivre. C’est cette vague-là qui nous vivifie…

Voici une vue gobale des petits gestes que nous pouvons poser pour acceuillir la nouvelle année mais aussi une nouvelle phase de notre vie avec ce nouveau souffle qui nous apportera encore plus de force et de volonté de vivre notre quotidien en pleine forme.

 

 

 

La nouvelle année en quatre étapes:

Physique / Foie et minéraux

Je prends soin de mon foie! Il le mérite et en a bien besoin après toute cette fin d’année agitée.

Mon  ami l’Artichaut va m’aider.

10-15ml de jus d’artichaut, dans un peu d’eau le matin au réveil sur estomac vide. Pour 10 jours. Cela suffira l’hiver n’étant pas la période la plus idéale pour drainer.

J’en profite pour me reminéraliser avec des produits issus de l’eau de mer (vérifier auprès de vos magasins : plasma de Quinton, Concentrace…).

 

Émotions / Respiration

Je décide de respirer profondément en moi, par la respiration abdominale*. Je m’installe dans un endroit calme où je me sens bien.

Je considère les semaines précédentes avec honnêteté et j’identifie une situation, une personne, un évènement qui m’a challengé (pour beaucoup cela ne devrait pas être trop difficile vu l’intensité souvent rencontrée durant les fêtes de Noël, fêtes consacrées à la Lumière et la re-naissance).

J’essaye de me connecter à mon ressenti. Ai-je vécu quelque chose qui reste encore plus ou moins bloqué  en moi. J’invite tout cela à monter à ma conscience. Par la respiration je crée un mouvement. À l’expiration je m’imagine descendre dans mes racines, en dessous de mes pieds, dans la terre à l’inspiration je remonte en moi à chaque fois un peu plus de cette terre, à chaque fois un peu plus haut. Et je m’autorise à «me rencontrer» chaque fois un peu plus. Je reviens en mon centre. C’est un processus qui peut prendre un peu de temps mais qui vaut l’expérience. Nous vivons tous des émotions, elles sont naturelles, elles ont simplement besoin de circuler. Il suffit finalement de nous autoriser à laisser aller un peu plus.

Un exercice à refaire autant que nécessaire. Il peut se poursuivre par une séance d’écriture. (voir article à ce propos ).

 

Mental / Intention

Janvier est le mois des intentions. Cela fait parfois sourire tant elles sont abandonnées rapidement sur le bord du chemin. Pourtant c’est la clef, l’énergie qui donne souvent la direction à notre barque perdue sur l’océan.

Pourquoi ne pas créer son propre mantra personnel (voir utilisation des mantras : ). Ici aussi la respiration peut nous aider à nous centrer, et ce faisant, il sera facile de voir en nous le besoin du moment.

Un autre option est la «vision board» : il s’agit de découper des images et mots inspirants trouvés dans des revues et les coller sur une page blanche en les plaçant selon son ressenti. Avec pour résultat un tableau inspirant qui pourrait même  orner un de nos murs.

 

Spirituel / Nature

Spirituel vient du mot Esprit. C’est à dire ce qui est le plus sacré en nous. Et quel  meilleur endroit pour rencontrer le sacré dans toute sa simplicité que la nature? Elle porte l’harmonie dont nous avons besoin, elle vibre de cette énergie vitale qui est notre plus importante nourriture, le prâna.

L’invitation vous est lancée de partir à la découverte (ou re-découverte) de cette nature, peut-être d’une nouvelle façon, avec un nouveau regard. Que ce soit redécouvrir les nuages dans le ciel ou au travers de la lumières se reflétant sur des flocons de neige, le chant d’un oiseau, la mélodie d’un ruisseau, le champ d’exploration est vaste. Encore une fois la respiration sera notre fil d’Ariane pour être simplement présent avec cette nature. Et pourquoi pas l’inviter en nous.

 

 

 

 

*C’est l’abdomen qui se remplit en premier, pas les poumons. Couchez-vous sur le dos et observez comment votre corps respire alors naturellement. C’est cette respiration là que l’on chercher à reproduire.

 

Mantra 40

st-georges

***English will folow***

La peur. Ce doit être le 3ème mantra qui me vient au sujet de cette émotion. Sans aucun doute parce que je baigne dedans depuis toujours et que le besoin d’en faire tout le tour est indispensable pour pouvoir la laisser aller. Peur de l’inconnu, peur de l’autre que l’on va juger comme on se juge, peur du «Mal» autant que de souffrir, peur d’être qui je suis, peur de la «Lumière» et peur de me perdre. Ou encore peur de s’exprimer, de vivre ses émotions, peur de la folie, peur de vivre, peur d’aimer, peur d’avoir peur.

La voir en soi et travailler avec n’est déjà pas évident, alors vivre en elle sans même le savoir ou en le niant me semble près – très près- du summum de l’impasse ne pouvant générer que souffrance. Ce qui veut dire se faire souffrir et faire souffrir tous ceux qui vivent près de soi. Parce que son acolyte, la colère –exprimée clairement ou de façon passive-agressive (ah ce supposé humour!)- n’est jamais bien loin. Qui aime avoir peur?

Avoir peur et vivre en survie. En victime.

Oui ça vaut la peine de se regarder avec honnêteté. Autant ses aspects sombres que les autres. Parce que tout cela mène quelque part. À un moment où il y réalisation. Et gratitude. Puis choix. Et donc pacification.

– – -Je te remercie ma Peur, de m’avoir amenr jusqu’ici, je te remercie de m’avoir enseigné à me désidentifier de toi – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

Fear. This must be the 3rd mantra that is based on this emotion. Without a doubt because it is one that I have been submerged in forever needing to look at it from many perspectives in order to release it. Fear of the unknown; fear that the « other » will judge me the same way I judge myself; Fear of « evil » and of suffering; fear of being « me »; fear of the « light » and losing myself. Evenmore, fear of expressing myself, to inhabit my emotions, fear of insanity, fear of living, fear of really loving, fear of being afraid.

it is very challenging to recognize this inside oneself and to work with it; But what is even more suffering is to actually be asleep inside fear and not even recognize it’s power to control ones life. Then comes expressions of  it’s acolyte; anger-in all sorts of passive aggressive manners (« oh it was just a joke »). Because no one really likes to assume that fear resides in them.

To have fear and live in survival mode; as a victim.

Yes, though it isn’t easy it is worth it to see oneself with honesty. To see as much  the shadow side as the other parts. Until the moment where realization comes and then gratitude and finally choice…all leading to Pacification of the fear

– – – I thank you my Fear to have bring me to this point, I thank you to have taught me to disidentify from you – – –

 

Mantra 39

1017408_600863916652813_1954989276_n

**English will follow

 

S’il y a un état intérieur que j’ai eu grand mal à identifier, c’est celui de la victime. De l’éternelle victime. Je n’avais tout simplement pas le courage de me regarder avec honnêteté. C’est tellement plus facile de ne pas être responsable. Victime des autres, de la société, de la vie, de la fatalité, de Dieu, quand ce n’est pas du temps qu’il fait. Tiens tu ne sais pas ce qu’il m’est encore arrivé? Ah évidement c’est toujours comme ça, ça devait arriver.

Pourquoi moi?  Cette question m’a hantée pendant des années après avoir reçu un coup de poing au visage d’un inconnu dont je n’ai même pas eu le temps de voir le visage. Honte, colère, rage, doute, peur, désespoir, impuissance, culpabilité. Toutes des facettes de cette même victime. Celle qui n’a finalement qu’une seule réponse vis-à-vis du monde extérieur perçu comme un champ de mine, l’ennemi invisible : l’attaque – même de subtiles façons. Vers l’autre. Mais surtout vers soi-même. Coup de griffe, phrases assassines – tellement plus facile quand emballées d’un supposé humour, colère passive, regard noir, indifférence, irritation, impatience, anxiété, dépression. Bref l’enfer personnel. Qui n’est pas les autres. Un coup de poing comme un point d’exclamation dans ma conscience comme le clairon qui sonne le réveil. 30 ans plus tard je continue à travailler à prendre toute la responsabilité de la totalité de ce qui m’arrive. À assumer et à gommer chacun des aspects dissonants de ma petite personne. Pour donner un peu plus. Et installer la paix en moi et avec les autres. Sortir du cercle sans fin du bourreau et de la victime. Ça doit être cela le chemin vers l’Éveil.

– – – Je ne suis plus victime de quoi que ce soit, et donc, je n’ai plus besoin d’attaquer quiconque.

Je ne me fais plus mal – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

If there is an inner state I’ve had great difficulty to identify; it is the victim in me. The eternal victim. I simply never had the courage to look at myself honestly. It is much easier not to be responsible. Victim of the others, of  society, of life, of fatality, of God, when it is not of the weather. Hey, guess what happened to me? Ah, of course it has to happen.

 

« Why me? » A question that haunted me for years after being hit in the face by somebody I did not even see let alone know. Shame, anger, rage, doubt, fear, impotence, despair, guilt. All different aspects of this same victim were felt. The one who has just one way of answering the world: to attack-even in subtle ways the other, but also oneself. Strikes of claws, anger passive-aggressive, black eye, indifference, irritation, impatience, anxiety, depression. Yes, a personal hell. Which is not the others, but myself alone.

 

Hit in the face like an exclamation mark in my conscience. Like a bugle resounding the wake up call. 30 years later, I am still working on taking all responsibility in totality of what happens to me. And erasing every dissonant aspects of my little self. To give a bit more and install more peace in me as with others. Releasing myself from the circle of the victim and the executioner. This ought to be the path to Awakening.

 

– – – I am no longer a victim of anything anymore, therefore I don’t need to attack or hurt anyone. I no longer need to hurt myself – – –

 

 

Mantra 38

lune

**English will follow

Voilà une affirmation que je ne pensais pas divulguer. Elle est pourtant si près de cette nature que je chéri et réapprend à voir et connaître. Cette nature qui est mon fil conducteur sur ce retour à la maison. J’avais entendu, je ne sais plus de qui ni où, que les arbres dénudés offraient leur âme à notre regard. Et ce message m’est revenu, comme une confirmation. Pour non seulement m’inciter à m’offrir aux autres, mais aussi à moi-même. Savoir qui je suis. Connaître tout ce que je porte. Tout ce que j’ai offrir. Toutes les traces de souffrances qui m’empêchent justement de le faire pud encore et que j’ai besoin de contempler, en totalité. Sans faux semblant. Sans déni. Sans auto-illusionnement. C’est tellement facile de dire et même de penser que j’aime et je pardonne. C’en est une autre de le vivre- car souvent je ne me vois même pas dans ces errements, ou ne veut pas m’y voir. Et la seule voie que j’ai trouvée est celle de me regarder sous toutes me coutures. Et d’accueillir, encore et encore, toutes émotions et pensées discordantes. Jusqu’à arriver, petit à petit, à faire un peu plus de paix en mon être. Même si cela prend des années. Même si cela donne l’impression de repasser parle même chemin. Mais la surprise de la découverte est toujours là, divine compréhension. Merci à la Nature.

– – – Comme l’arbre en automne, je choisis de dévoiler mon âme à nue – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

Here is an affirmation I did not even think to share. However it is so alike to nature which I love and learn to look at and discover. This nature which is my map on this path to home. I had heard, I don’t know from who nor where, that nude trees offer their soul for us to contemplate. And this message spoke to me, like a confirmation. Not only bringing me to offer myself to others but also to me. Knowing who I am, my essence, all that I have to offer. All traces of suffering- which precisely prevent this offering and that I have to encompass in totality. Without lie, without denial, without illusion. Saying I love you and I forgive is so easy to do. Living it is another matter because more than often I can’t see myself in my blindspots (or I just don’t want to see that..). And the only path I have found is looking at myself. Welcoming, again and again, all my emotions and dissonant thoughts. Till I succeed, little by little, to make a little more peace in my being. Even if it takes years. Even if it feels as if I was going back on the same old track again. But new discovery always awaits me, like a divine surprise and understanding. Gratitude to Nature.

– – – Like a tree in autumn I bare my soul – – –