Mantra 43

1460287_718854821477242_164886405_n

Si ma mémoire est bonne, et bien celui-ci doit être la première «intuition» ayant germée dans mon esprit afin de m’aider dans ma recherche de connaissance de moi-même. Cette recherche est le défi le plus passionnant qui m’ait été donné de vivre. J’ai écrit passionnant. J’aurai tout aussi pu écrire terrible, laborieux voire intense ou vivifiant. Entre autres. Tant cette étude m’emmène loin, dans d’insoupçonnés méandres de ma (mes?) personnalité. J’ai «appelé» tout cela, et, aussi difficile que cela puisse être à certains moments, je ne laisserai cette quête pour rien au monde. Je réalise à ce stade que les pensées sont la clef majeure de toute l’équation. Le passage d’un état intérieur à l’autre, la garantie d’un moment harmonieux comme le dérapage dans les gouffres émotionnels ou aux portes de la folie (ou ce que je pouvais comprendre comme telle) n’ont jamais tenu qu’à une pensée. Une fraction de seconde qui transforme tout. Presque incroyable. Si simple. Et pourtant, si peu évident à surmonter parfois. Je commence peut-être à toucher du doigt ce que maîtriser – et donc «Maître»- peut signifier vraiment. Merci au passage pour l’enseignement.

Peut-être le plus simple de mes mantras. Celui qui court-circuite tout. Une invitation. Un commandement. Un claquement de doigts. La plus belle des directions. Vers la seule chose essentielle. Celle qui porte plusieurs noms. J’aime particulièrement celui de Sainte Paix.

– – – Hé! Je reste avec Dieu – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

If I remember correctly this one is the first intuition which came to my mind to support my self-study. This quest is the most fascinating challenge I encountered. I said fascinating but I could have said terrific, laborious, intense or invigorating as well, so far this study is bringing me, through all the meanders of my personality(ies?). I have «asked» for this, and as difficult as it could be sometimes, I will not give up this quest. Not for anything on earth.

I realize at this point that thoughts are the main key commanding the passage from an inner state to another. The guarantee of harmony as weel as the heaviest emotion or madness (or what I could identified as such) included. Not even a second and all is transformed. Almost unbelievable. So simple. And not so easy to attain. I may begin to guess what to master -and so a «Master» – really means. Thank you for this teaching.

Maybe the simplest of my mantras. The one which «shunts» everything. The most beautiful direction and an invitation even a command to the only essential thing which has more than one name. I particularly like Holy Peace.

– – – Hey! I stay with Go – – –

La Nouvelle Année façon Détox Santé Globale …et/ou simplement un Nouvel Instant de Vie

unnamed-2

Après la fin d’une année bien remplie pour à peu près tout le monde, la transition de la nouvelle année arrive parfois avec un peu de fatigue mais aussi un souffle nouveau qu’il ne tient qu’à nous de sentir et de suivre. C’est cette vague-là qui nous vivifie…

Voici une vue gobale des petits gestes que nous pouvons poser pour acceuillir la nouvelle année mais aussi une nouvelle phase de notre vie avec ce nouveau souffle qui nous apportera encore plus de force et de volonté de vivre notre quotidien en pleine forme.

 

 

 

La nouvelle année en quatre étapes:

Physique / Foie et minéraux

Je prends soin de mon foie! Il le mérite et en a bien besoin après toute cette fin d’année agitée.

Mon  ami l’Artichaut va m’aider.

10-15ml de jus d’artichaut, dans un peu d’eau le matin au réveil sur estomac vide. Pour 10 jours. Cela suffira l’hiver n’étant pas la période la plus idéale pour drainer.

J’en profite pour me reminéraliser avec des produits issus de l’eau de mer (vérifier auprès de vos magasins : plasma de Quinton, Concentrace…).

 

Émotions / Respiration

Je décide de respirer profondément en moi, par la respiration abdominale*. Je m’installe dans un endroit calme où je me sens bien.

Je considère les semaines précédentes avec honnêteté et j’identifie une situation, une personne, un évènement qui m’a challengé (pour beaucoup cela ne devrait pas être trop difficile vu l’intensité souvent rencontrée durant les fêtes de Noël, fêtes consacrées à la Lumière et la re-naissance).

J’essaye de me connecter à mon ressenti. Ai-je vécu quelque chose qui reste encore plus ou moins bloqué  en moi. J’invite tout cela à monter à ma conscience. Par la respiration je crée un mouvement. À l’expiration je m’imagine descendre dans mes racines, en dessous de mes pieds, dans la terre à l’inspiration je remonte en moi à chaque fois un peu plus de cette terre, à chaque fois un peu plus haut. Et je m’autorise à «me rencontrer» chaque fois un peu plus. Je reviens en mon centre. C’est un processus qui peut prendre un peu de temps mais qui vaut l’expérience. Nous vivons tous des émotions, elles sont naturelles, elles ont simplement besoin de circuler. Il suffit finalement de nous autoriser à laisser aller un peu plus.

Un exercice à refaire autant que nécessaire. Il peut se poursuivre par une séance d’écriture. (voir article à ce propos ).

 

Mental / Intention

Janvier est le mois des intentions. Cela fait parfois sourire tant elles sont abandonnées rapidement sur le bord du chemin. Pourtant c’est la clef, l’énergie qui donne souvent la direction à notre barque perdue sur l’océan.

Pourquoi ne pas créer son propre mantra personnel (voir utilisation des mantras : ). Ici aussi la respiration peut nous aider à nous centrer, et ce faisant, il sera facile de voir en nous le besoin du moment.

Un autre option est la «vision board» : il s’agit de découper des images et mots inspirants trouvés dans des revues et les coller sur une page blanche en les plaçant selon son ressenti. Avec pour résultat un tableau inspirant qui pourrait même  orner un de nos murs.

 

Spirituel / Nature

Spirituel vient du mot Esprit. C’est à dire ce qui est le plus sacré en nous. Et quel  meilleur endroit pour rencontrer le sacré dans toute sa simplicité que la nature? Elle porte l’harmonie dont nous avons besoin, elle vibre de cette énergie vitale qui est notre plus importante nourriture, le prâna.

L’invitation vous est lancée de partir à la découverte (ou re-découverte) de cette nature, peut-être d’une nouvelle façon, avec un nouveau regard. Que ce soit redécouvrir les nuages dans le ciel ou au travers de la lumières se reflétant sur des flocons de neige, le chant d’un oiseau, la mélodie d’un ruisseau, le champ d’exploration est vaste. Encore une fois la respiration sera notre fil d’Ariane pour être simplement présent avec cette nature. Et pourquoi pas l’inviter en nous.

 

 

 

 

*C’est l’abdomen qui se remplit en premier, pas les poumons. Couchez-vous sur le dos et observez comment votre corps respire alors naturellement. C’est cette respiration là que l’on chercher à reproduire.

 

Mantra 39

1017408_600863916652813_1954989276_n

**English will follow

 

S’il y a un état intérieur que j’ai eu grand mal à identifier, c’est celui de la victime. De l’éternelle victime. Je n’avais tout simplement pas le courage de me regarder avec honnêteté. C’est tellement plus facile de ne pas être responsable. Victime des autres, de la société, de la vie, de la fatalité, de Dieu, quand ce n’est pas du temps qu’il fait. Tiens tu ne sais pas ce qu’il m’est encore arrivé? Ah évidement c’est toujours comme ça, ça devait arriver.

Pourquoi moi?  Cette question m’a hantée pendant des années après avoir reçu un coup de poing au visage d’un inconnu dont je n’ai même pas eu le temps de voir le visage. Honte, colère, rage, doute, peur, désespoir, impuissance, culpabilité. Toutes des facettes de cette même victime. Celle qui n’a finalement qu’une seule réponse vis-à-vis du monde extérieur perçu comme un champ de mine, l’ennemi invisible : l’attaque – même de subtiles façons. Vers l’autre. Mais surtout vers soi-même. Coup de griffe, phrases assassines – tellement plus facile quand emballées d’un supposé humour, colère passive, regard noir, indifférence, irritation, impatience, anxiété, dépression. Bref l’enfer personnel. Qui n’est pas les autres. Un coup de poing comme un point d’exclamation dans ma conscience comme le clairon qui sonne le réveil. 30 ans plus tard je continue à travailler à prendre toute la responsabilité de la totalité de ce qui m’arrive. À assumer et à gommer chacun des aspects dissonants de ma petite personne. Pour donner un peu plus. Et installer la paix en moi et avec les autres. Sortir du cercle sans fin du bourreau et de la victime. Ça doit être cela le chemin vers l’Éveil.

– – – Je ne suis plus victime de quoi que ce soit, et donc, je n’ai plus besoin d’attaquer quiconque.

Je ne me fais plus mal – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

If there is an inner state I’ve had great difficulty to identify; it is the victim in me. The eternal victim. I simply never had the courage to look at myself honestly. It is much easier not to be responsible. Victim of the others, of  society, of life, of fatality, of God, when it is not of the weather. Hey, guess what happened to me? Ah, of course it has to happen.

 

« Why me? » A question that haunted me for years after being hit in the face by somebody I did not even see let alone know. Shame, anger, rage, doubt, fear, impotence, despair, guilt. All different aspects of this same victim were felt. The one who has just one way of answering the world: to attack-even in subtle ways the other, but also oneself. Strikes of claws, anger passive-aggressive, black eye, indifference, irritation, impatience, anxiety, depression. Yes, a personal hell. Which is not the others, but myself alone.

 

Hit in the face like an exclamation mark in my conscience. Like a bugle resounding the wake up call. 30 years later, I am still working on taking all responsibility in totality of what happens to me. And erasing every dissonant aspects of my little self. To give a bit more and install more peace in me as with others. Releasing myself from the circle of the victim and the executioner. This ought to be the path to Awakening.

 

– – – I am no longer a victim of anything anymore, therefore I don’t need to attack or hurt anyone. I no longer need to hurt myself – – –

 

 

Qu’il est bon de transpirer!

loge

 

Transpirer pour sa santé. Quelle belle façon de passer du temps. Cela fait près de 20 années que j’ai pris le  goût de transpirer. Que ce soit dans un sauna ou une loge de sudation, ces tentes basses que de nombreuses nations amérindiennes utilisent pour des rituels, pour la purification qui passe aussi par transpiration. L’approche «holistique» n’est pas forcément une découverte contemporaine!

Ma première expérience eut lieu au Texas, lors de mon premier voyage en solo. Loin de tous mes repères, à des milliers de kilomètres de toute connaissance. Complètement  au-delà de la limite de ma zone de confort, là où –comme quelqu’un l’a dit- la vie commence. C’était une loge de sudation menée par un «medicine man» sioux. Une loge de guérison pour 2 personnes non autochtones touchées par un cancer. Un point de non-retour pour moi, car ce moment fut le commencent d’un changement complet de vie. J’y ai transpiré, eut l’impression d’y brûler littéralement une partie de mon être.  J’y ai senti la terre, le feu, l’eau(1) et l’air. J’y ai expulsé 2 calculs rénaux (sortis dans mes urines un peu plus tard dans la nuit), dépassé des peurs et ressenti pour la première fois de ma vie être vivant (justement…) à la juste place, au bon moment.

Je n’ai pas cessé d’en faire, même si la forme et le contexte peuvent varier : cercle d’hommes (nous avons nous aussi besoin de nous retrouver entre nous pour partager(2)..), retraites santé, rituels plus traditionnels assis au contact-dans le «ventre» de la terre mère, dans le noir et l’humidité, et, d’une certaine façon, seul face à l’univers…

 

Placées dans une retraite de détoxification, une loge est un merveilleux outil pour aider le corps à éliminer et se purifier un peu plus. La peau est un des 4 organes éliminant des déchets à l’extérieur du corps. L’impression d’y transpirer plus  que de l’eau et des déchets est bien réelle. Ce n’est pas par hasard que les amérindiens en font une cérémonie. C’est un moment sacré, de rencontre avec soi, un temps privilégié pour laisser-aller, exprimer des choses qui ne sont plus nécessaires, des souffrances, des attachements. Un temps de transformation. Une alchimie.

On y prend effectivement soin du corps et de l’âme.

 

Qu’il est bon de transpirer! Des déblocages énergétiques peuvent mener à des libérations de toxines qui peuvent aussi être évacuée par la sueur…L’odeur dégagée nous aide parfois à nous rendre bien compte que l’on élimine quelque chose retenu depuis longtemps…Et cela peut parfois durer plusieurs jours!

J’en suis personnellement encore à essayer de comprendre comment ma sueur sentit  l’eau de Javel pendant de grosses suées reparties sur une période de 6 mois. Je n’ai encore rien trouvé de tel dans la littérature médicale, mais de là à penser que le corps peut retenir le chlore de l’eau du robinet, il n’y a qu’un pas (je n’ai d’ailleurs trouvé qu’une étude scientifique parlant d’une telle accumulation dans les reins et testicules de rats).

 

Autant d’expériences confirmant que nous sommes encrassés! Mais le corps humain a une grande capacité d’élimination. À nous de l’encourager.

 

Bertrand Huchot

Naturopathie et Soins Égypto-Ésseniens-(514) 503-9202

Rendez-vous sur réservation. Rencontres par internet possibles.detoxsanteglobale.com

 

 

(1) Lie aussi l’article Eau sacrée, https://detoxsanteglobale.wordpress.com/2015/07/07/eau-sacree-2/

(2) Si l’expérience vous tente, me contacter personnellement ou adressez-vous à La Chaumière Fleur Soleil (Val David, Qc).

Hommage à mon tambour

20160905_175533

L’idée de cet article m’est venue lors d’un cercle de partage pour homme auquel j’assiste le plus régulièrement possible. Un des participants a rappelé que certaines études bien scientifiques avaient déjà été réalisées sur le tambour.

Aves des résultats très marquants : meilleure réponse au stress et modulation immunitaire rééquilibrant justement certains paramètres (production de lymphocytes, d’interféron-gamma et d’interleukine 6) que le stress et le vieillissement avaient déréglés(1). Ou encore un impact intéressant sur l’anxiété, la dépression ou le bien-être mental(2).

Ce qu’il fallait démontrer (comme dirait mon vieux prof de math). Jouer du tambour, en groupe ou tout seul avec l’univers, ça fait du bien!

 

Personnellement j’ai découvert cet objet tardivement, après 40 ans en fait bien que j’en eu envie bien avant.

La musique touche l’âme, et va de pair avec shamanisme et guérison. Autant de domaines qui m’attiraient. La rencontre devait donc être prévue en coulisses! Un type de rencontre au goût de déjà vu d’ailleurs.

Le tambour amérindien a quelque chose de magique. C’est peut-être pour cela qu’il est un outil de voyage shamanique. Très souvent le «beat» est celui du cœur humain. Et c’est cela aussi que le tambour symbolise, notre cœur. Retrouver notre connexion à notre cœur –notre connexion avec le grand tout, le divin, le sacré, voilà le cadeau du «drum».

Je l’ai découvert timidement, avec mon mental dans le rôle du surveillant. Mais il me faisait du bien. Sans que je puisse expliquer pourquoi. La méditation traditionnelle n’était pas mon fort, le flot de pensées chaotiques était trop incessant.

Et puis un soir, dans un passage de vie, dans un de ces moments où l’on ose sauter dans le vide que le vie nous propose, un de ces soirs où l’on peut se sentir très seul, le tambour devient plus qu’un outil. Il prend vie, et peut nous emmener avec lui. La première fois que j’ai vraiment vécu cela reste gravée en moi. J’ai rencontré la baleine, qui m’a apaisé. Et je me suis mis à chanter, des sons, des mots amérindiens qui montaient du fond de mon être. Pansement sur mon cœur et en mon âme.

Merci à toi ô mon tambour qui restera pour toujours un compagnon privilégié pour des moments toujours particuliers.

Bertrand Huchot ND

 

(1) http://daniellevitin.com/levitinlab/articles/2013-TICS_1180.pdf  – p187

(2) http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0151136

Mantra 32

1497592_451523888304489_802530002_n

**English will follow**

Ce mantra est une évidence qui a été amenée à ma conscience. Quelque chose que je savais pertinement. Mais peut-être pas complètement, ou pas vraiment. Ou peut-être que j’avais besoin de prendre cela encore plus au sérieux. Comme une facette de la responsabilité qui m’incombe. J’avais besoin de me l’entendre dire, afin de commencer à me souvenir de qui je suis vraiment. De ce que je suis venu faire en cette vie, sur cette planète. Afin que je me penche sur tout ce qui s’agite, le plus souvent à mon insu, en mon être, en mes pensées comme en mon corps d’ailleurs. Le maître qu’est Jésus a dit que nous n’étions pas de ce monde. Et je me sens habiter ce corps. Que j’apprends à respecter de plus en plus. En le nourrissant, en le reposant, en m’en occupant avec un soin grandissant. En touchant du doigt que je suis plus que cela. Je sens une grande pureté…Tout au fond de moi…Et encore beaucoup de «parasites» en mon esprit. Mais cette pureté que j’effleure m’incite à me tendre vers la source qui m’a créé, qui m’interpelle et que j’invite à chaque jour de ma vie à me rejoindre (ou est-ce le contraire?) toujours un peu plus. Nous sommes pus esprits et habitons un corps. Oui. Le sacré que je prie tant de voir reprendre place sur cette terre doit peut-être d’abord reprendre sa place en moi. Alors à moi d’honorer ce corps par la plus belle des présences possibles.

– – – Je me souviens que mon corps est un temple – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

This mantra is an evidence that has been brought to my conscience. Something I definitely knew. But maybe not completely or not really. Or maybe I needed to take it more seriously. As an aspect of my responsibility. I needed to hear it so that I could begin to remember who I really am and what I have come to live in this life and on this planet. So that I pay attention on all that is restless (and more often without even me knowing it) in my being as in my body.

The master Jesus said that we are not from this world. I feel myself inhabiting this body I learn to respect more and more by feeding it, giving it rest and taking care of it with an ever growing attention. Realizing I am more than that. I feel purity…deep inside of me. And still a lot of «parasites» in my mind. But this purity I discover brings me to strive towards the source which has created and is calling me and which I invite each day to join me (or is it the other way around?) more and more. We are pure spirits and we live in a body. Yes. The sacred I so deeply wish to see taking its place back on our earth has to root itself in me first. Then it is for me to honor this body with the most beautiful possible presence.

 

– – – I remember that my body is a temple – – –

Rituel et puissance de l’intention

DSC_0033

Rituel. Un mot dont nous avons généralement perdu le sens dans notre société et qui est au mieux associé à la religion dans sa vision la plus négative, c’est-à-dire vide de son sens voire objet de pouvoir.

Pourtant, sans pour autant en dépendre,  le rituel nous propose un moment très particulier. Celui de poser un acte, d’émettre une intention avec force. Peut-être même avec une force insoupçonnée. Celui d’un moment sacré, un autre mot qui peut également sembler étrange au vu de notre société axée sur une vision cartésienne et matérialiste, dénuée justement de sens et de sacré. Sauf peut-être si accumuler des biens est ce qui nous intéresse. À chacun s vérité et sa route.  La question suivante s’adresse cependant aux autres personnes: y-aurait-il un lien entre une telle société et un certains mal d’être assez évident chez beaucoup de personnes? La réponse semble positive non? 49 millions de médicaments anxiolytiques vendus sous ordonnance médicale en France en 2015. Sans compter les anti-dépresseurs! C’est assez parlant.

Faire d’un moment anodin un moment sacré, porteur de vie, porteur d’une vibration, d’un message, voilà ce qui est possible.

Retrouver un sens à nos vies. Retrouver le pouvoir de notre responsabilité. Et la force de notre expression. C’est cela que m’inspire le rituel. Pas juste la reproduction d’actes théâtraux.

Nul besoin de s’obliger à retourner assister à une messe si cela ne résonne pas en nous. Un rituel peut être bien autre chose. Les amérindiens –tout du moins ceux ayant la chance d’être restés connectés à leur vibration naturelle- en sont un bon exemple. Tente de sudation, cérémonie de pipe sacrée ou tout simplement une façon de prier, sont autant de façon de faire, de façon d’être.

Se servir d’un vecteur pour accompagner et amplifier notre geste, c’est amorcer un mouvement, une dynamique de transformation.

Allumer un feu, avec respect pour le bois utilisé, pour la force invoquée bien souvent trop prise pour acquise, et y offrir ses prières – ou simples demandes- afin de matérialiser un souhait, une intention. Afin de l’offrir à l’univers. Afin de s’entendre le dire, à voix haute ou non, afin de se sentir poser un acte. Afin d’affirmer. Mais ce pourrait-être écrire une lettre et l’offrir aux eaux de la rivière. Ou l’enterrer et ainsi remettre tout ce qui y aura été écrit à la terre afin d’y être régénérer.

Juste cela peut s’avérer un geste et un moment d’une profondeur et d’une portée inouïe sur nous-même. L’univers nous entend vraiment et, oui, nous aide en retour.

Certains ne sentiront pas l’appel ou ‘oseront peut-être pas. Mais s’ils se laissaient seulement tenter….Quelle surprise, quelle libération peut-être au bout du compte.

 

Jamais eu l’envie de danser autour d’un feu? De parler aux nuages et aux arbres de la forêt? Pas au risque de paraître fou mais en courant la chance d’entrer dans le nouveau, dans un changement vivifiant. Osant sortir des certitudes de soi-même. Quel  beau cadeau à se faire! Surtout que la vie commence au-delà de notre zone de confort…Alors pourquoi ne pas oser se  voir sous un autre jour? C’est tout simple finalement. Autant que se créer soi-même son propre rituel.

 

Bertrand Huchot

Naturopathie et Soins Égypto-Ésseniens-(514) 503-9202

Rendez-vous sur réservation. Rencontres par internet possibles.detoxsanteglobale.com