Des Légumes Racines!

Racines

C’est la saison!

Des rhumes, grippes et autres dépressions saisonnières…

Certaines personnes sont prêtes à combattre le «mal». Que ce soit à coup d’antibiotiques, de vaccins voire de produits naturels immunostimulants pour les plus avertis.

Mais c’est aussi la saison des légumes racines. Mère nature nous en fournit en profusion depuis la fin de l’été et ce n’est pas par hasard. Et parmi les réflexes «santé» qu’il est intéressant de se rappeler ou de découvrir vient celui du bon sens de consommer des légumes racines.

Manger des légumes du moment (voire locaux et biologiques) sera toujours le mieux pour l’organisme.

Ce qui se sait moins, c’est que ces légumes qui ont maturés au sein de la terre, littéralement nourris par celle-ci, sont ceux qui vont alimenter à leur tour un organe souvent oublié : la rate.

La rate est connue pour son rôle dans la production de cellules sanguines, en particulier les globules blancs impliqués dans notre complexe système immunitaire.

Mais elle a un autre rôle, énergétique celui-là,  qui est de soutenir l’énergie du corps. Une rate affaiblie est synonyme de perte de joie, donc de tristesse et de dépression. La médecine chinoise a associée depuis longtemps la rate à l’élément terre et certains soins énergétiques comme les soins égypto-ésseniens prennent tout spécialement soin de ce petit organe oublié.

Sachant que dépression (saisonnière ou non) et baisse d’immunité vont main dans la main, il est pertinent d’inviter ces légumes dans nos assiettes!

Betteraves, carottes, navets, pommes de terre, céleris raves et autres panais et topinambours nous offrent de plus une belle variété de goûts et de couleurs. Idéals pour la saison des soupes!

Bertrand Huchot

Publicités

Détox et inflammation

cassis

L’inflammation est liée à un grand nombre de pathologies, finalement tout ce qui se termine en «ite» : tendinite, bursite, amygdalite, bronchite, colite etc…Il y en a en effet beaucoup.

Elle est aussi un caractère commun à de nombreuses maladies plus systémiques : maladies cardiovasculaires, cancer, asthme, Alzheimer, allergies et même la dépression comme la science vient de le comprendre.

C’est un mécanisme de défense de notre organisme. Son action vise à neutraliser un envahisseur potentiellement dangereux que ce soit une bactérie, un virus ou d’autres toxines en tout genre. On parle même d’inflammation silencieuse pour désigner une inflammation qui ne se voit guère, ne créée pas de douleur mais serait à l’origine de plusieurs de ces pathologies chroniques et dégénératives.

Bref, elle est très répandue et elle est, répétons-le, un mécanisme de réaction à ce que le corps perçoit comme un agent étranger.

Mon duo favori :

– supplément d’enzymes. À prendre loin des repas.

– le cassis,Ribes Nigrum, sous forme de produit de gemmothérapie

Mêmes de fortes inflammations répondront à ce traitement. Le dosage sera cependant à ajuster au cas par cas.

L’inflammation est aussi source de nombreux déchets qui vont encombrer un peu plus l’organisme si ses fonctions d’élimination ne sont pas optimales. Et en particulier avoir une incidence sur le travail du foie qui est un des acteurs principaux de la détoxification –ainsi que de l’immunité- dans notre corps.

Penser à se détoxifer, à aller dans le sens des besoins de notre corps ne pourra que supporter celui-ci dans son travail ou sa lutte. Ce sera à faire de façon efficace et intéressante bien sûr.

2 gestes très simples auront un impact important sur votre santé surtout si effectués régulièrement et sur un moyen voire long terme :

– le fameux jus de citron du matin, au réveil, dans de l’eau tiède

– le jus de radis noir (peut-être  accompagné d’artichaut, de pissenlit…). Lui aussi au réveil, à jeun. Les changements de saisons sont des moments idéaux pour cela. Nous sommes exposés à un tel niveau de toxémie que se contenter de la cure de printemps n’est certainement pas suffisant.

Et lorsqu’aux prises avec des problèmes inflammatoires chroniques, il serait très bénéfique de se pencher sur son monde intérieur pour comprendre un peu plus le pourquoi profond d’une telle réaction dans le corps. La médecine chinoise a fait des liens, déjà millénaires, entre le fonctionnement du foie et des émotions nuisibles que nous entretenons bien souvent (irritabilité, frustration, colère). Certainement la chose la plus facile à se débarrasser, ni même à vouloir confronter, mais un passage obligé pour espérer recouvrer une santé optimale et profonde.

Bertrand Huchot

  • Mise en garde

Les informations contenues sur ces site/infolettre/capsules vidéo sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés, ni faire office de diagnostique. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces site/infolettres/capsules vidéo, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter un professionnel de la santé. 

Wébinaires Santé Globale -Automne 2015

WebSantéGlobale

Wébinaires Santé Globale

Bonjour à vous toutes et tous…Ainsi qu’à l’automne!…Toujours une invitation à prendre sa santé en main.

Prenez note du programme de wébinaires pour cette saison. Ça se passe chez vous!

Petit guide de l’immunité familiale – 13 octobre
De la prévention au soin en phase aïgue, les gestes à poser.

Un pH Équilibré I – 27 octobre
Notre équilibre intérieur se traduit aussi dans la chimie de notre corps. D’où vient l’acidité produite par celui-ci ?
L’importance de cet équilibre et les dangers de l’acidité. L’alimentation et autres facteurs anti-acides. Comment surveiller l’évolution de notre acidité ?

Un pH équilibré II – 9 novembre
La santé de l’appareil ostéo-articuliare : ostéoporose et maladies rhumatismales / arthrose-arthrite sont des conséquences directes du déséquilibre acido-basique dans note corps. Que faire pour y remédier?

– Quand l’intestin va tout va! I – 23 novembre 
Organe stratégique, véritable barrière entre votre monde intérieur et tout ce qui l’entoure, organe clef de la digestion, de l’élimination des déchets et l’assimilation des nutriments. Et si nous en prenions soin ?

Quand l’intestin va tout va ! II – 7 décembre
Constipation, diarrhées, maladies inflammatoires de l’intestin. Quelles sont leurs causes ? Comment pouvez-vous vous aider.


Horaires:
– 14h30 Québec / 20h30 France
– 20h30 Québec
Durée:
1h

Ces wébinaires sont interactifs,
vous pourrez donc poser vos questions en direct.

Coûts:

  • 20$ / 14 Euros pour 1 wébinaire
  • 35$ / 24 Euros pour 2
  • 50$ / 34 Euros pour 3
  • 75$ / 50 Euros pour  5

– Mode de Paiement:

  • Paypal (Bertrand Huchot / bertrandhuchot@gmail.com)
  • Carte de crédit – me contacter
  • Chèque (à l’ordre de Bertrand Huchot 831 ch. du curé Corbeil, J0T 2R0 Val Morin, Qc)

Cliquez ici pour vous inscrire
à l’un de ces wébinaires

Parce que la Santé est un Sacré Équilibre et un Équilibre Sacré !

À vos agendas!

Au plaisir

Bertrand Huchot
detoxsanteglobale.com


Mise en garde: Les informations contenues sur ces site/infolettre/capsules vidéo/wébinaires sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés, ni faire office de diagnostique. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces site/infolettres/capsules vidéo, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter un professionnel de la santé. 

On mange trop!

l-20150414162742

Je vous arrête tout de suite, je ne invite pas à ne plus vous alimenter ou rentrer dans un jeûne sans fin. Manger est nécessaire! La belle affaire, tout un scoop non? Mais manger à sa fin, ni trop, ni pas assez, sans excès de grignotage en tout genre est assez rare…finalement.

Le grignotage est –bien sûr- un des gros méchants loups. C’est un acte très «social» et de fait peu évident à transformer. Mais on s’y adonne très bien souvent seul aussi. Ce serait donc plus facile de commencer là.

Les trucs les plus simples :

– boire de l’eau remplira l’estomac et donnera une impression de satiété. Le cerveau sera prévenu et la faim physiologique diminuera. Une tisane fera aussi l’affaire

– manger un fruit, une pomme par exemple, évitera de consommer d’autres types de grignotages contenant sucres, gras ou autres surprises se retrouvant dans la liste d’ingrédients de nombreux produits commerciaux. Ce pourrait être aussi une carotte ou une  branche de céleri.

Se resservir est lui aussi souvent peu voire pas nécessaire. On se «lâche» souvent à table et les conséquences à long terme sont importantes, tant sur l’équilibre intestinal, la digestion et l’assimilation que sur notre niveau d’énergie ou encore notre sommeil.

Si j’ai parlé de faim physiologique c’est qu’il y un autre type de faim : celle que l’on peut qualifier par «manger ses émotions». Elle est beaucoup plus difficile à gérer. Bien souvent, nous ne sommes même pas prêts à se poser la question de ce qui se trame au fond de nous. Combien d’ex fumeurs se sont «reconvertis» dans le grignotage? Notre monde intérieur nous appelle et il en va de notre équilibre en entier de le prendre en considération. Sinon aucun changement n’est vraiment possible. C’est vrai, parfois, si c’est pour éviter une explosion (ou implosion), nous pouvons être indulgent avec nous-même et s’offrir un peu de lest. Mais si cela se reproduit tous les jours, nous sommes face à une impasse.

Faire des jeûnes est l’occasion idéale pour confronter (pas affronter) la peur du manque et notre lien aux aliments. Et nous sommes tous profondément concernés. Cela va avec notre présence sur cette belle planète, champ expérimental qui semble friser la perfection.

Même une personne peu intéressée à s’observer et se poser trop de question sur sa vie intérieure sera mis face à certains questionnements voire prises de conscience en cessant de s’alimenter. C’est du reste une des principales raisons pour laquelle beaucoup ne sont pas intéressés à jeûner!

Combien de temps passons-nous à faire à manger, manger quand ce n’est pas faire les courses ou la vaisselle. Impossible à s’en rendre vraiment compte si l’on pas fait de jeûnes! Pour ceux qui trouvent que les journées passent trop vite, c’est un changement de paradigme certain : c’est autant de temps libre.

Notre lien à la nourriture est  aussi délicat que de première importance. On pourrait même dire que notre façon de manger en dit long sur qui nous sommes. Et donc sur le chemin qu’il nous reste à faire.

Pas étonnant que les jeûnes soient pratiqués depuis la nuit des temps, souvent dans un contexte religieux.

Pour ce qui est de connaître vos propres besoins en terme de nourriture, cela serait à discuter en tête à tête. Mais dans tous les cas manger avec conscience et  mastiquer (voire mon article sur la mastiquation) sont deux clefs de notre mieux-être que nous gagnerions à nous réapproprier.

Bertrand Huchot

detoxsanteglobale.com

Reminéraliser, le bon réflexe!

surf-171259_640

Qui n’a jamais entendu parler de l’importance de faire une cure de nettoyage de l’organisme ? Cette notion commence à être bien répandue et comprise. Mais il n’en est pas encore de même du besoin de se réminéraliser.

Et pourtant le besoin est bien réel. Des centaines de réactions biochimiques dans notre corps sont dépendantes de la présence de minéraux. Nos os, dents et ongles en particuliers en contiennent de grandes quantités.

Plus de 70 minéraux et oligo-minéraux existent dans le corps humain. Certains de leur rôles sont biens connus, d’autres moins voire pas du tout.

Nos sols sont de plus en plus en pauvres en minéraux, notamment en ceux présents à l’état de trace, les oligo-minéraux.

C’est le cas pour le manganèse, sélénium, zinc et chrome, par exemple. Et qui dit manque de minéraux dans les sols dit légumes pauvres en minéraux. Or ceux-ci étant la principale source de minéraux du corps, il est clair que le risque de carence est de plus en plus important.

De plus, notre mode de vie, l’excès de stress, une alimentation raffinée entraînent une acidification de l’organisme qui  est cause de déminéralisation. L’inverse est aussi vrai, car un apport de minéraux est incontournable dans la lutte contre l’acidité.

Les raisons de surveiller nos minéraux ne manquent pas.

Combien de gens se précipitent sur des formules de drainages, de nettoyage, sans savoir que cela demande un effort important au corps, un surplus de travail, alors qu’elles sont peut-être en carence de certains minéraux dont le corps aura besoin ?

Procéder à cure de minéralisation (pour 2-3 semaines) avant la cure de drainage est la seule façon de s’assurer que vous de ressortirez pas plus affaibli et carencé qu’avant celle-ci.

Des suppléments très intéressants existent sur le marché, à base d’eau mer ou de d’eau provenant du grand lac salé par exemple. L’eau de mer a la même composition minérale que le sérum sanguin humain et son affinité avec nous est merveilleuse(1).

Bien sûr, attention aux quantités ingérés, le trop est l’ennemi du bien. Renseignez vous auprès de thérapeutes compétents.

Le règne végétal a mis notre disposition de nombreuses plantes qui sont de grandes sources de minéraux sur une forme disponible pour l’organisme. Ortie, trèfle rouge, avoine fleurie, prèle feront d’excellentes tisanes. Trois tasses par jours de ces plantes, seules ou en combinaison vous feront le plus grand bien.

Consommez des légumes quotidiennement. Cinq portions sont estimées nécessaires au minimum. Profitez de jus de légumes verts. Évitez les jus «rouges» du commerce, composés principalement de tomate, trop acidifiants.

Découvrez les algues et leur impressionnant potentiel nutritif.

La nature n’a pas fait les choses au hasard. Nous ne connaissons pas tout du fonctionnement du corps humain. Les minéraux forment un des acteurs essentiels de ce bon fonctionnement. Prenons les devant, n’attendons d’être en carence pour agir. C’est malheureusement la façon habituelle de l’être humain. Il va attendre «d’être dans le mur» pour réagir. Il existe pourtant des habitudes simples à mettre en place afin de prévenir de nombreux maux. À nous de vouloir nous y intéresser.

Bertrand Huchot

detoxsanteglobale.com

(1) Quinton René, L’eau de Mer milieu organique – (1912: Ed. Masson) – Réédition: Ed. ENCRE 1995

Qu’est-ce au juste qu’une monodiète?

20141005_120517

Simplement le fait de ne consommer qu’un seul aliment par repas. Cette condition est stricte car de celle-ci découle justement l’aspect détoxifiant de la pratique. mais il est conseillé de manger à satiété, donc à la différence des jeûnes il n’y a pas de sensation de privation.

Une monodiète peut être pratiquée pour un repas par jour comme pour 2 ou 3 semaines d’affilée (la cure de raisins de 3 semaines est la plus connue). Elle peut aussi se faire un jour par semaine comme tous les soirs de la semaine. À vous de décider finalement! Dans tous les cas vous en retirerez le bénéfice d’une alimentation forcément moins lourde, donc plus digeste. Lorsqu’elle est faite sur une journée ou plus elle entraînera un effet détoxifiant, avec de nombreux bienfaits : soulagement des fonctions hépatiques et rénales, relance de la force vitale…

L’idée est simple : le corps dépense une quantité importante à digérer nos repas, particulièrement les repas riches et variés. Lorsque l’alimentation se simplifie à un seul aliment, le corps le remarquera (avez-vous constaté l’intelligence du corps?) et ne «commandera» donc que le minimum nécessaire aux opérations de digestion. Toute l’énergie ainsi économisée sera mise au service du nettoyage.

C’est très intéressant. Et c’est aussi une façon, pour ceux qui hésiterait à se lancer dans de jeûnes même courts, de découvrir la cure de détoxification.

Attention toutefois, surtout si cela était votre première expérience, certains symptômes de détoxification sont toujours possibles bien sûr : urine foncée, langue chargée, mal de tête, étourdissements, odeurs corporelles et mauvaise haleine… Ils sont le signe que votre organisme se purifie et sont en général passagers.

Pour aller ensuite plus loin, l’idée pourra être de sélectionner un aliment qui conviendra à vote besoin du moment : condition arthritique, fatigue etc…

Quelques exemples :

– Asperge : surcharges acides, problèmes inflammatoires

– Ananas : terrains artérioscléreux et arthritiques

– Banane : terrains acides et personnes anxieuses

– Carotte : reminéralisation, immunostimulation

– Céleri : asthénie (manque d’énergie), idéal pour rhumatisants

– Riz : personnes nerveuses et frileuses

– Pomme : rhumatisme, arthrite, rajeunissement cellulaire

La monodiète est simple est efficace et convient au plus grand nombre (renseignez-vous si vous avez une condition particulière). C’est un moyen idéal de prévention active qui s’adapte en tout temps, s’harmonise parfaitement avec les 4 saisons.

Vérifiez nos dates de retraites et cure!

http://detoxsanteglobale.com/retraites/

Bertrand Huchot ND

Mise en garde

Les informations contenues sur ces site/infolettre/capsules vidéo sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés, ni faire office de diagnostique. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de ces site/infolettres/capsules vidéo, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter un professionnel de la santé. 

Eau Sacrée

84495290

 

L’eau, miracle de vie, un des éléments des Anciens, composé majoritairement présent dans notre organisme, elle a tout pour être considérée comme sacrée.

Sans compter que boire de l’eau fait partie d’un des besoins de base pour la survie du corps.

Elle est très présente dans notre inconscient collectif. Elle est liée à la lune. Les amérindiens l’honore avec la direction ouest. De nombreux chants et prières de gratitude lui sont offerts. D’autres approches traditionnelles, comme l’astrologie prenant ses racines dans l’Égypte ancienne, font référence des signes dits «d’eau» nous influençant.

Dans le domaine de la santé, l’eau fait beaucoup parler d’elle. Quelle qualité boire? Combien?

L’eau du robinet? Évidement cette dernière option vient en dernier lieu. Mais ensuite nous nous trouvons face à des contenants en plastique qui posent régulièrement des problèmes en termes de risque. Alors le verre reste l’assurance sans risque.

Les eaux de source bien sûr sont recommandables. Variées les pour éviter une éventuelle surcharge en certains minéraux. S’en tenir à des eaux contenant une teneur en minéraux de 150 ppm limite les risques (lisez les étiquettes!). Privilégiez celles très minéralisées pour de courtes périodes ou des cures. Si vous avez la chance de la recueillir d’une source naturelle, vous êtes privilégiés (soyez-en conscient)!

Boire 1,5 litre par jour (soit 6 à 8 verres) est le chiffre moyen convenant au plus grand nombre.

La médecine chinoise, basée sur les éléments, décrit la santé de nos organes en nous parlant d’excès ou de vide d’eau.

L’eau permet d’apporter les nutriments à nos cellules. Elle permet également l’élimination de nos déchets et toxines.

L’eau coule en nous, et basé sur ce principe, de nombreuses techniques hydrothérapeutiques ont été créées au fil du temps, donnant toujours des résultats remarquables : bains, compresses, douches, lavement, saunas…(vérifiez éventuellement selon votre état physique). Elles se retrouvent sur tous les continents, dans toutes les cultures. Purification, relaxation sont au programmes. Qui a pu expérimenter par exemple une loge de sudation amérindienne sait que ce «nettoyage» agit non seulement au niveau physique mas affecte aussi notre être émotionnel tout autant que spirituel. Les finlandais disent qu’il est important d’aller au sauna comme on va à l’église. Peu importe si l’on est religieux, l’idée est là encore le sacré, l’intention qui accompagne nos action, ainsi que l’attention à tout ce qui peut se passer en nous comme autour de nous durant ce moment qui sera toujours –dans ces conditions- un moment particulier.

Deux recommandations qui me tiennent à cœur : allez au contact de l’eau dans la nature et utilisez l’eau comme support méditatif.

Oui bien sûr, passer du temps autour de lacs, rivières, torrents est à conseiller pour tous! L’idée de se baigner dans la nature revient souvent. Dans le cas de l’eau c’est encore plus explicite. Se baigner en nature, c’est s’immerger dans une source de vitalité. La force vitale n’est pas qu’une expression, la nature, le monde du vivant est plein de cette force vitale. Notre corps aussi! Et il se rechargera grâce à une alimentation vitalisante comme au contact de la nature. De nombreux bureaux tentent de rendre l’air plus sain à l’aide de machines appelées ionisateurs d’air. La science sait percevoir les bienfaits de la nature. Où trouve-t-on le maximum d’ions négatif dans l’air? En bord de mer et plus encore auprès de chutes d’eau! Effets relaxants, action sur l’humeur, baisse de l’irritabilité, bénéfique face au stress voire la récupération physique, nommez-les! C’est de cela dont nous avons besoin. Et Dieu merci ce n’est même pas à démontrer.

Méditez près de l’eau en mouvement est magique. C’est un des sons les plus relaxants qui existent. Laissez vos yeux «danser» sur l’eau, vous pourriez avoir la surprise de voir une ondine se révéler à l’eau (si vous y croyez…), suivez la danse des éclats de soleil se reflétant sur l’eau, vous pourriez vous y perdre, et sentir un torrent de lumière couler en vous.

Il n’est pas toujours possible d’être près de l’eau, mais il est facile de s’imaginer sous une chute d’eau et de s’ouvrir à cette eau jusqu’à la voir, et la sentir couler littéralement en soi. Emportant tout sur son passage et ne laissant qu’un doux sentiment de plénitude. Donnez-vous la chance d’expérimentez si cela vous appelle. Surprise à la clef.

Et si cela était difficile, écoutez le clapotis de la pluie ou essayez…sous la douche!

Merci à cette eau qui me désaltère et donne vie à ce corps, temple de mon âme, et qui me permet d’expérimenter cette vie sur terre.

Bertrand Huchot

detoxsanteglobale.com