Hommage à mon tambour

20160905_175533

L’idée de cet article m’est venue lors d’un cercle de partage pour homme auquel j’assiste le plus régulièrement possible. Un des participants a rappelé que certaines études bien scientifiques avaient déjà été réalisées sur le tambour.

Aves des résultats très marquants : meilleure réponse au stress et modulation immunitaire rééquilibrant justement certains paramètres (production de lymphocytes, d’interféron-gamma et d’interleukine 6) que le stress et le vieillissement avaient déréglés(1). Ou encore un impact intéressant sur l’anxiété, la dépression ou le bien-être mental(2).

Ce qu’il fallait démontrer (comme dirait mon vieux prof de math). Jouer du tambour, en groupe ou tout seul avec l’univers, ça fait du bien!

 

Personnellement j’ai découvert cet objet tardivement, après 40 ans en fait bien que j’en eu envie bien avant.

La musique touche l’âme, et va de pair avec shamanisme et guérison. Autant de domaines qui m’attiraient. La rencontre devait donc être prévue en coulisses! Un type de rencontre au goût de déjà vu d’ailleurs.

Le tambour amérindien a quelque chose de magique. C’est peut-être pour cela qu’il est un outil de voyage shamanique. Très souvent le «beat» est celui du cœur humain. Et c’est cela aussi que le tambour symbolise, notre cœur. Retrouver notre connexion à notre cœur –notre connexion avec le grand tout, le divin, le sacré, voilà le cadeau du «drum».

Je l’ai découvert timidement, avec mon mental dans le rôle du surveillant. Mais il me faisait du bien. Sans que je puisse expliquer pourquoi. La méditation traditionnelle n’était pas mon fort, le flot de pensées chaotiques était trop incessant.

Et puis un soir, dans un passage de vie, dans un de ces moments où l’on ose sauter dans le vide que le vie nous propose, un de ces soirs où l’on peut se sentir très seul, le tambour devient plus qu’un outil. Il prend vie, et peut nous emmener avec lui. La première fois que j’ai vraiment vécu cela reste gravée en moi. J’ai rencontré la baleine, qui m’a apaisé. Et je me suis mis à chanter, des sons, des mots amérindiens qui montaient du fond de mon être. Pansement sur mon cœur et en mon âme.

Merci à toi ô mon tambour qui restera pour toujours un compagnon privilégié pour des moments toujours particuliers.

Bertrand Huchot ND

 

(1) http://daniellevitin.com/levitinlab/articles/2013-TICS_1180.pdf  – p187

(2) http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0151136

Publicités

Mantra 32

1497592_451523888304489_802530002_n

**English will follow**

Ce mantra est une évidence qui a été amenée à ma conscience. Quelque chose que je savais pertinement. Mais peut-être pas complètement, ou pas vraiment. Ou peut-être que j’avais besoin de prendre cela encore plus au sérieux. Comme une facette de la responsabilité qui m’incombe. J’avais besoin de me l’entendre dire, afin de commencer à me souvenir de qui je suis vraiment. De ce que je suis venu faire en cette vie, sur cette planète. Afin que je me penche sur tout ce qui s’agite, le plus souvent à mon insu, en mon être, en mes pensées comme en mon corps d’ailleurs. Le maître qu’est Jésus a dit que nous n’étions pas de ce monde. Et je me sens habiter ce corps. Que j’apprends à respecter de plus en plus. En le nourrissant, en le reposant, en m’en occupant avec un soin grandissant. En touchant du doigt que je suis plus que cela. Je sens une grande pureté…Tout au fond de moi…Et encore beaucoup de «parasites» en mon esprit. Mais cette pureté que j’effleure m’incite à me tendre vers la source qui m’a créé, qui m’interpelle et que j’invite à chaque jour de ma vie à me rejoindre (ou est-ce le contraire?) toujours un peu plus. Nous sommes pus esprits et habitons un corps. Oui. Le sacré que je prie tant de voir reprendre place sur cette terre doit peut-être d’abord reprendre sa place en moi. Alors à moi d’honorer ce corps par la plus belle des présences possibles.

– – – Je me souviens que mon corps est un temple – – –

 

NB: voir aussi: Comment utiliser ces mantras

 

This mantra is an evidence that has been brought to my conscience. Something I definitely knew. But maybe not completely or not really. Or maybe I needed to take it more seriously. As an aspect of my responsibility. I needed to hear it so that I could begin to remember who I really am and what I have come to live in this life and on this planet. So that I pay attention on all that is restless (and more often without even me knowing it) in my being as in my body.

The master Jesus said that we are not from this world. I feel myself inhabiting this body I learn to respect more and more by feeding it, giving it rest and taking care of it with an ever growing attention. Realizing I am more than that. I feel purity…deep inside of me. And still a lot of «parasites» in my mind. But this purity I discover brings me to strive towards the source which has created and is calling me and which I invite each day to join me (or is it the other way around?) more and more. We are pure spirits and we live in a body. Yes. The sacred I so deeply wish to see taking its place back on our earth has to root itself in me first. Then it is for me to honor this body with the most beautiful possible presence.

 

– – – I remember that my body is a temple – – –

Rituel et puissance de l’intention

DSC_0033

Rituel. Un mot dont nous avons généralement perdu le sens dans notre société et qui est au mieux associé à la religion dans sa vision la plus négative, c’est-à-dire vide de son sens voire objet de pouvoir.

Pourtant, sans pour autant en dépendre,  le rituel nous propose un moment très particulier. Celui de poser un acte, d’émettre une intention avec force. Peut-être même avec une force insoupçonnée. Celui d’un moment sacré, un autre mot qui peut également sembler étrange au vu de notre société axée sur une vision cartésienne et matérialiste, dénuée justement de sens et de sacré. Sauf peut-être si accumuler des biens est ce qui nous intéresse. À chacun s vérité et sa route.  La question suivante s’adresse cependant aux autres personnes: y-aurait-il un lien entre une telle société et un certains mal d’être assez évident chez beaucoup de personnes? La réponse semble positive non? 49 millions de médicaments anxiolytiques vendus sous ordonnance médicale en France en 2015. Sans compter les anti-dépresseurs! C’est assez parlant.

Faire d’un moment anodin un moment sacré, porteur de vie, porteur d’une vibration, d’un message, voilà ce qui est possible.

Retrouver un sens à nos vies. Retrouver le pouvoir de notre responsabilité. Et la force de notre expression. C’est cela que m’inspire le rituel. Pas juste la reproduction d’actes théâtraux.

Nul besoin de s’obliger à retourner assister à une messe si cela ne résonne pas en nous. Un rituel peut être bien autre chose. Les amérindiens –tout du moins ceux ayant la chance d’être restés connectés à leur vibration naturelle- en sont un bon exemple. Tente de sudation, cérémonie de pipe sacrée ou tout simplement une façon de prier, sont autant de façon de faire, de façon d’être.

Se servir d’un vecteur pour accompagner et amplifier notre geste, c’est amorcer un mouvement, une dynamique de transformation.

Allumer un feu, avec respect pour le bois utilisé, pour la force invoquée bien souvent trop prise pour acquise, et y offrir ses prières – ou simples demandes- afin de matérialiser un souhait, une intention. Afin de l’offrir à l’univers. Afin de s’entendre le dire, à voix haute ou non, afin de se sentir poser un acte. Afin d’affirmer. Mais ce pourrait-être écrire une lettre et l’offrir aux eaux de la rivière. Ou l’enterrer et ainsi remettre tout ce qui y aura été écrit à la terre afin d’y être régénérer.

Juste cela peut s’avérer un geste et un moment d’une profondeur et d’une portée inouïe sur nous-même. L’univers nous entend vraiment et, oui, nous aide en retour.

Certains ne sentiront pas l’appel ou ‘oseront peut-être pas. Mais s’ils se laissaient seulement tenter….Quelle surprise, quelle libération peut-être au bout du compte.

 

Jamais eu l’envie de danser autour d’un feu? De parler aux nuages et aux arbres de la forêt? Pas au risque de paraître fou mais en courant la chance d’entrer dans le nouveau, dans un changement vivifiant. Osant sortir des certitudes de soi-même. Quel  beau cadeau à se faire! Surtout que la vie commence au-delà de notre zone de confort…Alors pourquoi ne pas oser se  voir sous un autre jour? C’est tout simple finalement. Autant que se créer soi-même son propre rituel.

 

Bertrand Huchot

Naturopathie et Soins Égypto-Ésseniens-(514) 503-9202

Rendez-vous sur réservation. Rencontres par internet possibles.detoxsanteglobale.com

Écrire pour se guérir

changer-nos-croyances

 

Nous avons tous au fond de nous des mémoires traumatisantes à faire circuler, à pacifier. Nul besoin d’avoir vécu un épisode spectaculaire, chacun par ses expériences de vie a rencontré des situations qui ont laissé leur marque : dans les émotions et les comportements

Bien souvent il n’aura pas été facile d’en parler à quelqu’un, encore moins auprès d’un thérapeute. Parfois même, la mémoire pourra être encore trop souffrante pour pouvoir l’aborder tout court.

Mais il y a forcément quelque chose, là, tout près en nous, qui demande à ce qu’on lui prête attention.

Et l’écriture est un formidable moyen de le faire. Seul, face à soi-même, il est plus simple de s’ouvrir.

Passer par l’expression écrite va littéralement modifier la façon  avec laquelle le cerveau a organisé un souvenir. Me croiriez-vous si je disais que je me suis libéré de 20 années non-stop de cigarettes, après 30 minutes d’écritures qui ont été le déclencheur d’une émotion refoulée. Si refoulée que je ne rendais même pas compte qu’elle se trouvait là! Le tout sans transfert vers la nourriture ni autre compulsion parasite. J’ai ressenti l’urgence intérieure d’écrire une lettre à cette cigarette. Qui s’est révélé avoir été, tour à tour et au travers des situations de ma vie passée, une amie, une mère, une béquille, un masque derrière lequel me cacher, une bouée de sauvetage etc…Tout en écrivant je me rendais compte que je la remerciais et lui disais au revoir. Et c’est ce qui s’est passé. Purement et simplement. Après 40 minutes de profonds sanglots.

L’impact du changement engendré est très net, tant sur notre être mental et émotionnel que sur le corps physique, avec un renforcement notable de l’immunité et des visites moins fréquentes chez le médecin.

Cela, un psychologue américain, le Dr Pennebaker l’a vérifié en plus de 20 ans de travaux et recherches- avec participation de laboratoires de contrôle- avec ce qu’il a lui-même appelé «l’écriture expressive».

La technique, en deux phases, est simple :

1) préparation :

– trouver un moment et un endroit où on ne sera pas dérangé

– ne pas s’inquiéter de fautes d’orthographe ou de grammaire

– écrire pour soi-même

– écrire quelque chose de très personnel et important : quelque chose qui nous a affecté, parfois pendant des années, peut-être lié à l’enfance, à nos relations, à notre famille, à quelqu’un que nous avons aimé ou aimons ou aussi lié à un travail.

– choisir un évènement, sujet que l’on sera capable de supporter.

 

2) l’écriture :

– écrire pendant 20 minutes

– se laisser aller et explorez ce qui se présente. Laisser l’irrationnel s’exprimer : des émotions peuvent monter : colère, tristesse, peut ou même le rire.

– ressentir comment l’évènement nous a affecté

– répéter l’exercice pour 4 jours consécutifs

 

Faire de cet exercice d’écriture une «histoire», comme un dialogue intérieur s’est révélé très efficace en pratique.

Il est important d’être honnête avec soi-même et de ne rien forcer si on ne sent pas prêt.

Une réflexion pourra être menée ensuite, afin d’aider à réinterpréter, à changer de perspective, constater comment on se sentait avant, puis après, l’évolution de nos pensées etc…

 

Point essentiel : éviter d’alimenter la douleur. Reporter au lendemain si l’exercice s’avérait trop difficile. Mais noter les pensées (formes pensées) qui pourraient surgir automatiquement pour venir justement réalimenter cette douleur…Et les écarter au fur et à mesure.

Il sera aussi bénéfique de porter attention, sans s’illusionner, aux conséquences parfois positives ou stimulantes de l’évènement traumatique.

 

C’est simple et cela peut rapporter gros. Et même changer notre vie. Pourquoi ne pas essayer?

Il existe d’autres façons de procéder bien sûr. L’idée d’un journal quotidien n’est pas à retenir car il serait plus facile de tourner en rond et de rentrer dans une forme d’auto-apitoiement.

Exprimer ne peut que nous aider. Ce n’est pas par hasard que si dans toutes les cultures on retrouve des thérapeutes et des prêtres (parfois la même personne) pour aider les gens à s’ouvrir à eux même et offrir à l’univers et la vie ce dont ils n’ont plus besoin et ainsi révéler, un peu plus, la vraie lumière de leur être.

 

 

Bertrand Huchot

Naturopathie et Soins Égypto-Ésseniens-(514) 503-9202

Rendez-vous sur réservation. Rencontres par internet possibles. detoxsanteglobale.com

Des Légumes Racines!

Racines

C’est la saison!

Des rhumes, grippes et autres dépressions saisonnières…

Certaines personnes sont prêtes à combattre le «mal». Que ce soit à coup d’antibiotiques, de vaccins voire de produits naturels immunostimulants pour les plus avertis.

Mais c’est aussi la saison des légumes racines. Mère nature nous en fournit en profusion depuis la fin de l’été et ce n’est pas par hasard. Et parmi les réflexes «santé» qu’il est intéressant de se rappeler ou de découvrir vient celui du bon sens de consommer des légumes racines.

Manger des légumes du moment (voire locaux et biologiques) sera toujours le mieux pour l’organisme.

Ce qui se sait moins, c’est que ces légumes qui ont maturés au sein de la terre, littéralement nourris par celle-ci, sont ceux qui vont alimenter à leur tour un organe souvent oublié : la rate.

La rate est connue pour son rôle dans la production de cellules sanguines, en particulier les globules blancs impliqués dans notre complexe système immunitaire.

Mais elle a un autre rôle, énergétique celui-là,  qui est de soutenir l’énergie du corps. Une rate affaiblie est synonyme de perte de joie, donc de tristesse et de dépression. La médecine chinoise a associée depuis longtemps la rate à l’élément terre et certains soins énergétiques comme les soins égypto-ésseniens prennent tout spécialement soin de ce petit organe oublié.

Sachant que dépression (saisonnière ou non) et baisse d’immunité vont main dans la main, il est pertinent d’inviter ces légumes dans nos assiettes!

Betteraves, carottes, navets, pommes de terre, céleris raves et autres panais et topinambours nous offrent de plus une belle variété de goûts et de couleurs. Idéals pour la saison des soupes!

Bertrand Huchot